Sports d’eaux vives

En kayak, en hot dog, en raft, à Madagascar les sports d’eau vive se pratiquent sur un grand choix de fleuves ayant tout leur caractère, avec du très bon matériel et un encadrement de très professionnel. Le Mangoky dans le sud est peut-être une des plus belles rivières du pays, mais est handicapée par un accès par piste plutôt éprouvant. Le Faraony entre Fianarantsoa et Manakara permet un combiné rail-canoë inédit. 3 jours de navigation sur un parcours connu ausii des chercheurs d’or fouillant obstinément le sable du fleuve avec leurs pelles au manche démesuré. A l’intérieur  même du Parc de Ranomafana, la petite rivière Andranoroa permet une observation différente de la forêt en 4 ou 5 heures. On rencontrera même des lémuriens timides, ce qui changera des Sifaka délurés… Dans l’Itasy, les riverains de la Lily sont habitués au passage des rafts. Une rivière très maoeuvrière  dont le parcours souvent remuant emmène les passionnés jusqu’à Babetville-Sakay.

Vous l’entendrez dire : l’eau vive de l’Itasy est magique. Le Maningory est un de ces grands fleuves qui descendent des Hautes Terres pou se jeter dans l’Océan Indien. Une rivière sportive qui procure des émotions fortes au cœur de la forêt de l’Est. La descente en raft est parfaitement sécurisée, quand bien même des vagues impressionnantes obligent parfois à naviguer dans des passages de classe IV ou V. La quarantaine de kilomètres bien pourvue en rapides est programmée pour deux jours avec un bivouac en forêt, loin de la route et des minibus. Rien à voir avec la sage descente de la Katsaoka dans la campagne tananarivienne… L’inventaire est loin d’être clos.